se connecter

REQUIESCANT (1967)

(1) critique (0) commentaire
Léo le 17/10/2013 à 19:07
3.5
Réalisé par Carlo Lizzani
Avec Lou Castel, Mark Damon, Pier Paolo Pasolini, Barbara Frey, Franco Citti.
Film italien
Genre : Western
Durée : 1h 43min
Année de production : 1967
Titre français : Tue et fais ta prière
Musique : Riz Ortolani

Sortie Cinéma France : n.c.
Sortie DVD France : n.c.

Les notes

3.5



 Critique REQUIESCANT (1967)
Avis rédigé par Manu   |  le .   |  Note : 3.5
Requiescant est le second des deux essais westerniens signés par Carlo Lizzani entre 1966 et 1967. Filmé me semble-t-il intégralement en Italie, le film est coécrit par l’également réalisateur Armando Crispano et présente une distribution pour le moins originale, associant l’ex-acteur cormanien et futur producteur hollywoodien Mark Damon, l’irlando-colombien et activiste d’extrême gauche Lou Castel, le réalisateur contestataire Pier Paolo Pasolini et deux de ses interprètes fétiches, Franco Citti et Ninetto Davoli. Sachant que Lizzani était lui-même un cinéaste ouvertement engagé à gauche, on n’a donc guère de mal à imaginer l’orientation idéologique de Requiescant.

A l’image de son casting, Requiescant est, au sein même du genre spaghetti comme d’ailleurs en dehors, un titre véritablement à part, sorte de western politique nouvelle vague troquant les habituels duels et cavalcades dans les rocheuses d’Almeria pour une trame à la structure erratique, des personnages centraux étonnamment bavards et complexes et un cadre étriqué, gris et quelque part étouffant, pour le coup totalement raccord avec les travaux contemporains, disons plus nobles, de Lizzani.

L’amateur de westerns, spaghetti ou non, risque donc de ne pas s’y retrouver ici, tant ce Requiescant («Repose en paix », en latin), dépourvu de souffle comme d’humour ouvertement cynique, s’évertue à déjouer la plupart de ses attentes en la matière. Ceci étant, il n’en reste pas moins que Lizzani signe là l’une de ses œuvres les plus passionnantes et originales, offrant au passage à Lou Castel et Mark Damon l’occasion de signer des prestations marquantes, le premier en jeune mexicain inculte à la prise de conscience politique révolutionnaire naissante, le second en grand propriétaire raciste au puritanisme et machisme laissant deviner une homosexualité refoulée.

Un bel objet de curiosité, à cheval entre cinéma de genre et œuvre « auteuriste ».


Rechercher avec google



Recherche par nom

Titre :
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Artiste :
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Dernières critiques ciné





Dernières critiques livres





Derniers commentaires














Liens   |   Flux RSS   |   Page exécutée en 0.09363 secondes   |   contactez-nous   |   Nanar production © 2009