se connecter

I QUATTRO DELL APOCALISSE (1975)

(1) critique (0) commentaire
Léo le 20/06/2013 à 13:19
3.6
Réalisé par Lucio Fulci
Avec Fabio Testi, Lynne Frederick, Tomas Milian, Michael J. Pollard.
Film Italien
Genre : Western
Durée : 1h 20min
Année de production : 1975
Titres français : Les Quatre de l'apocalypse / 4 de l'apocalypse
Musique : Franco Bixio

Sortie Cinéma France : n.c.
Sortie DVD France : n.c.

Les notes

3.6



 Critique I QUATTRO DELL APOCALISSE (1975)
Avis rédigé par Manu   |  le .   |  Note : 3.6
Si l’on ne tient pas compte de son adaptation du « Croc blanc » de Jack London et de sa séquelle signée 1 an plus tard, I quattro dell’apocalisse est le second des 3 westerns réalisés par Lucio Fulci entre 1966 et 1977. Tourné en Espagne, Autriche et, pour les intérieurs, dans les studios De Paolis de Rome, le film marque également la seconde et dernière association entre Fulci et le prolifique scénariste Ennio De Concini après Operazione San Pietro en 1966, ainsi que l’ultime association du cinéaste romain avec l’acteur cubain Tomas Milian.

Stylistiquement et structurellement, ce western aux forts accents horrifico-fantastiques me semble être le grand annonciateur des classiques gore à venir de son auteur que sont Zombi 2, Paura nella città dei morti viventi ou ...E tu vivrai nel terrore! L'aldilà . Pour la première fois dans son œuvre, Fulci s’éloigne volontairement d’une narration classique, soucieuse de logique. Plutôt que de proposer un simple récit de vengeance à la progression linéaire, il tente de bâtir son film sur une série de grands tableaux entrecoupés de parfois violentes ellipses. Les repères temporels et géographiques s’estompent peu à peu, certains personnages disparaissent curieusement de l’intrigue, alors qu’on les pensait « tirés d’affaire », tandis que d’autres semble quasiment s’évapore. Tout aussi perturbant est ce mélange d’extrême sentimentalisme - très inhabituel chez Fulci – et de violence sadique tout aussi démesurée, de douceur (la bande-son folk, la photo vaporeuse de Sergio Salvati) et de sauvagerie.

I quattro dell’apocalisse n’a donc rien du traditionnel western spaghetti nihiliste et goguenard. Il place le spectateur dans une situation assez inconfortable, face à certaines images proposées mais également face à la structure aux portes du rationnel de l’œuvre. Au risque même de se l’aliéner, car il faut aussi admettre que si le type d’expérimentations entamées ici par Fulci fonctionnera par la suite à plein régime au sein des univers horrifico-fantastique qu’il mettre en place, dans le cadre plus étroit d’un western, cela donne un résultat un peu contrasté. On peut en tout cas comprendre que l’amateur de spaghettis « traditionnels » rejet cet objet « concept ».

En revanche, il me semble plus difficile de ne pas prendre un brin de plaisir aux prestations des cinq interprètes principaux, en particulier celles de Lynne Frederick, et ses petits airs tristes à vous fendre le cœur, et Tomas Milian en psychopathe de l’Ouest, façon Charles Manson, au look de rock-star défoncée (Johnny Deep n’a rien inventé à ce niveau !).

Une œuvre sans doute un peu trop radicale et déstabilisante pour faire figure de franche réussite, mais qui possède le grand mérite de proposer quelque chose de différent et très personnel dans son genre. A condition bien sûr d’être un minimum réceptif à l’univers de son auteur.


Rechercher avec google



Recherche par nom

Titre :
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Artiste :
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Dernières critiques ciné





Dernières critiques livres





Derniers commentaires














Liens   |   Flux RSS   |   Page exécutée en 0.29467 secondes   |   contactez-nous   |   Nanar production © 2009