se connecter

THE HUMAN FACTOR (1975)

(1) critique (0) commentaire
Léo le 21/03/2014 à 19:51
3
Réalisé par Edward Dmytryk
Avec George Kennedy, John Mills, Raf Vallone, Rita Tushingham, Barry Sullivan.
Film anglais
Genre : Drame, Thriller
Durée : 1h 35min.
Année de production : 1975
Titre français : La guerre des otages
Musique : Ennio Morricone

Sortie Cinéma France : n.c.
Sortie DVD France : n.c.

Les notes

3.0



 Critique THE HUMAN FACTOR (1975)
Avis rédigé par Manu   |  le .   |  Note : 3.0
Production anglaise tournée à Naples et, pour quelques séquences en intérieurs, aux studios anglais de Pinewood, The Human factor est la cinquante-deuxième et dernière réalisation d’Edward Dmytryk. Le film est coécrit par Peter Powell et l’acteur Thomas Hunter, un duo de scénaristes que l’on retrouvera cinq ans plus tard sur le plus connu The Final countdown de Don Taylor. Notons ici que l’on croise en tout début de film, dans le rôle de l’un des fils du personnage central, Danny Huston, alors âgé d’une douzaine d’années.

Mi film d’auto défense, mi thriller d’espionnage-politique, The Human factor est un titre que je salivais de découvrir depuis des lustres. L’œuvre valait-elle cette fébrile attente ? Je doutais fort que oui, mais bon, George Kennedy traquant du terroriste dans les rues de Naples sur fond musical morriconnien, je me suis toujours dis que cela ne pouvait pas non plus être totalement mauvais.

Verdict : ce n’est ni franchement bon ni vraiment loupé. Côté plus, on appréciera le sérieux avec lequel les auteurs traitent leur sujet, l’agrémentant d’une très intéressante - pour le spectateur d’aujourd’hui - description des techniques d’investigations informatiques appliquées à la lutte contre le terrorisme international. A cet égard, on retiendra 2 choses : la séquence où Kennedy bricole une forme primitive d’internet à partir d’un ordinateur et d’un téléphone, et le nom de code prophétique de l’ordinateur professionnel du héros, baptisé 9/11. Autre atout de cet Human factor, son cadre napolitain bien exploité, notamment lors d’une belle course-poursuite en voiture dans quelques artères encombrées de la ville virant ensuite à la traque à pieds dans les arrière-cours puis sur les toits de la citée italienne.

Côté moins : même si son implication dans le projet ne fait aucun doute, George Kennedy, acteur au jeu assez limité, s’avère à moitié convaincant non seulement en père meurtri, mais plus encore en homme d’action pure et dure. Dans les bonus, l’acteur nous révèle d’ailleurs qu’il fut un choix par défaut pour Dmytryk, lequel souhaitait au départ débaucher une star de la trempe d’un Burt Lancaster.

Une petite curiosité, imparfaite mais intéressante à redécouvrir aujourd’hui, qui boucle la filmographie de Dmytryk de façon plutôt honorable.


Rechercher avec google



Recherche par nom

Titre :
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Artiste :
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Dernières critiques livres





Derniers commentaires














Liens   |   Flux RSS   |   Page exécutée en 0.27147 secondes   |   contactez-nous   |   Nanar production © 2009