se connecter

THE EVICTORS (1979)

(1) critique (0) commentaire
Manu le 01/02/2018 à 21:14
3.6
Réalisé par Charles B. Pierce
Avec Vic Morrow, Michael Parks, Jessica Harper, Sue Ane Langdon, Dennis Fimple.
Film américain
Genre : Thriller
Durée : 1h 32min.
Année de production : 1979
Musique : Jaime Mendoza-Nava

Sortie Cinéma France : n.c.
Sortie DVD France : n.c.

Les notes

3.6



 Critique THE EVICTORS (1979)
Avis rédigé par Manu   |  le .   |  Note : 3.6
The Evictors est le huitième long métrage de l’acteur, scénariste, producteur et réalisateur Charles B. Pierce. Le film marque la septième collaboration de ce dernier avec le compositeur d’origine bolivienne Jaime Mendoza-Nava.

Plus qu’un complément au culte The Town that dreaded sundown, une autre belle réussite de Charles B. Pierce dans le domaine du suspense horrifique indépendant. Tout comme le titre pré-cité, The Evictors s’appuie sur une histoire (semble-t-il) authentique qu’il exploite de façon tout à fait originale, via un traitement relevant autant de la série B d’exploitation que de la production indépendante, disons plus noble, en tout cas soucieuse d’authenticité.

Résultat : On ne s’ennuie jamais devant ce film très soigné, prenant le temps de poser sa très pesante ambiance d’insécurité permanente, retrouvant la sécheresse glaçante que The Town that dreaded sundown dans ses scènes de meurtre, mais sachant également s’attarder intelligemment sur le contexte socio-historique de son récit, avec une très belle reconstitution de l’Amérique profonde des années 40.

Quelque part entre le slasher, le film de maison hanté (The Amityville horror, sorti la même année, n'est pas très loin), le whodunit Hitchcoco-aldrichien - sans doute la partie du film la moins habilement exploitée - et le docu-drame criminel, un curieux titre, qui bénéficie de surcroit d’une très intéressante partition musicale à suspense (une de plus, de la part du scandaleusement méconnu Jaime Mendoza-Nava) et d'une excellente interprétation, proposant, comme souvent chez Pierce, d’intéressants contre-emplois à ses acteurs (a-t-on en effet déjà vu Vic Morrow jouer autre chose que les brutes plus ou moins mal intentionnées ?).

Un petit film parfois maladroit dans sa construction et son écriture, mais constamment passionnant, tenant de la belle réussite en matière d’atmosphère oppressante.


Rechercher avec google



Recherche par nom

Titre :
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Artiste :
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Dernières critiques livres





Derniers commentaires





Salut l'artiste !



Critique cinema
2018 ans
Arthur B. Rubinstein
(0000-2018)

3.63









Liens   |   Flux RSS   |   Page exécutée en 0.06766 secondes   |   contactez-nous   |   Nanar production © 2009