se connecter

LA VIOLENZA: QUINTO POTERE (1972)

(1) critique (0) commentaire
Léo le 12/06/2013 à 10:58
3
Réalisé par Florestano Vancini
Avec Enrico Maria Salerno, Gastone Moschin, Riccardo Cucciolla, Julien Guiomar, Georges Wilson.
Film Italien
Genre : Thriller
Année de production : 1972
Titre français : Les Mafiosi
Musique : Ennio Morricone

Sortie Cinéma France : n.c.
Sortie DVD France : n.c.

Les notes

3.0



 Critique LA VIOLENZA: QUINTO POTERE (1972)
Avis rédigé par Manu   |  le .   |  Note : 3.0
La violenza : quinto potere (littéralement « La Violence : cinquième pouvoir) est le huitième long métrage de fiction de Florestano Vancini, ancien assistant de Mario Soldati et Valerio Zurlini dans les années 50, également proche de Pier Paolo Pasolini à la même époque. Produit par Dino De Laurentiis en personne, le film est une adaptation de la pièce « La Violenza » écrite par le journaliste sicilien, dramaturge et activiste anti-mafia Giuseppe Fava. Fava qui sera d’ailleurs assassiné par la mafia en 1984.

J’avoue n’être toujours pas totalement convaincu par le cinéma de Florestano Vancini, certes toujours bien intentionné, mais manquant formellement d’audace comme de surprise. Disons qu’au-delà de la qualité du propos, de l’évidente générosité et ambition des sujets qu’il met en scène, je trouve que Vancini ne parvient jamais vraiment à insuffler un regard personnel à ses images. Lui manque le style tranchant d’un Rosi, le petit grain de folie d’un Petri ou encore le savoir-faire d’un Damiani pour se hisser au même niveau que ces 3 plus célèbres dénonciateurs des tares de la société italienne.

Structurant son intrigue autour d’un long procès mafieux, que les auteurs entrecoupent de flash-backs revenant sur les épisodes les plus tragiques de l’affaire criminelles en question, La Violenza : quinto potere n’est donc pas un incontournable du film anti-mafia à la A ciascuno il suo ou Cadaveri eccelenti. Mais, armé d’un sujet à l’évidence richement et sérieusement documenté, ainsi que d’une distribution béton, offrant notamment un surprenant rôle dramatique à Ciccio Ingrassia (du duo comique Franco & Ciccio) et d’un percutant score atonal du master Morricone, l’ensemble parvient néanmoins aisément à retenir l’attention du spectateur ne serait-ce qu’un minimum intéressé par la vaste problématique qu’il met en lumière.

Autrement dit, La Violenza : quinto potere demeure un solide film dossier, de facture classique, auquel ne manque réellement qu’un brin de personnalité pour durablement marquer son audience.


Rechercher avec google



Recherche par nom

Titre :
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Artiste :
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Dernières critiques ciné





Dernières critiques livres





Derniers commentaires














Liens   |   Flux RSS   |   Page exécutée en 0.16529 secondes   |   contactez-nous   |   Nanar production © 2009