se connecter

DEADFALL (1993)

(1) critique (0) commentaire
Manu le 12/08/2010 à 18:17
2
Réalisé par Christopher Coppola.
Avec Michael Biehn, Sarah Trigger, Nicolas Cage, James Coburn, Peter Fonda.
Film américain
Genre : Thriller.
Durée : 1h 38min.
Année de production : 1993
Musique : Jim Fox

Sortie Cinéma France : n.c.
Sortie DVD France : n.c.

Les notes

2.0



 Critique DEADFALL (1993)
Avis rédigé par Manu   |  le .   |  Note : 2.0
Seconde réalisation de Christopher Coppola, frère de Nicolas Cage et neveu de Francis Ford Coppola, Deadfall est demeuré inédit en salles en France en dépit d’une distribution relativement prestigieuse pour l’époque (Michael Biehn et Charlie Sheen n’étaient encore pas totalement has-been et même s’il traversait alors une période creuse, Nic Cage restait quand même sur la période un nom porteur, voire bankable). Une mise au placard immédiate, somme toute assez facile à comprendre pour qui a vu le film. Car nul besoin d’être cinéphile/phage/vore ou plus simplement d’être très perspicace pour réaliser que l’on n’est face à un nanar, un vrai, un mauvais film comme on les aime, dans lequel ni le réalisateur ni les acteurs ne semblent réaliser qu’ils sont à côté de la plaque et que rien ne fonctionne autour d’eux.

Premier problème : L’intrigue. Plutôt ambitieuse, celle-ci tient prioritairement du genre neo-noir, mais avec derrière ça un petit côté tragédie mafieuse parfumé au film d’arnaque et relevé d’une pointe d’humour noir.

Malheureusement Christopher Coppola et son comparse, le futur réalisateur Nick Vallelonga, ne maitrisent aucune de ces multiples facettes. Le côté film noir, avec sa voix-off assénant banalités sur platitudes, est top ringard, la partie drame familial mafieux n’évite guère le ridicule tant les personnages ne possèdent pas l’étoffe des figures cinématographiques que les auteurs aimeraient leur voir revêtir, l’humour laisse perplexe du fait que l’on ne sait jamais vraiment s’il est volontaire ou non, et tout ce qui relève de l’arnaque est si over the top (cf. le personnage James Bondien du Dr. Lyme avec sa main-ciseaux argentée), si invraisemblable que l’on prend là encore vite le parti d’en rire.

Second problème : la réalisation. Peu aidé, il est vrai, par des moyens que l’on devine très modestes, Christopher Coppola ne parvient jamais à imprimer un rythme un tant soit peu soutenu, ni même un début de tension à son travail, se contentant de quelques cadrages biscornus pour créer un semblant d’atmosphère. Bref, un travail d'amateur d’une extrême platitude, donnant à l’ensemble l’allure peu engageante d’une série B bâclée flirtant avec le Z.

Enfin, dernier problème : Nicolas Cage. Son frangin manquant à l’évidence d'un peu de poigne dans sa direction d'acteurs et ayant apparemment eu la mauvaise idée de lui laisser carte blanche pour composer son personnage, la vedette de Ghost Rider en profite pour se lâcher totalement, surpassant ses prestations déjà bien gratinées d'Embrasse-moi, vampire et Zandalee. Dire qu’il en fait des caisses relève ainsi du plus doux des euphémismes. Car à chacune des apparitions, on assiste à un impressionnant festival de grimaces. Cage se donne sans compter, tirant la langue, roulant des yeux, pleurnichant, sautant partout, adoptant d’étranges intonations de voix. Et je ne parle pas de son look, qui vient nous rappeler que sa passion pour les moumoutes ne date pas d’hier.

Objectivement très mauvais, mais néanmoins très fun à regarder.


Rechercher avec google



Recherche par nom

Titre :
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Artiste :
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Dernières critiques ciné





Dernières critiques livres





Derniers commentaires














Liens   |   Flux RSS   |   Page exécutée en 0.18411 secondes   |   contactez-nous   |   Nanar production © 2009