se connecter

TORINO NERA (1972)

(1) critique (0) commentaire
Manu le 17/04/2019 à 17:42
3
Réalisé par Carlo Lizzani
Avec Andrea Balestri, Domenico Santoro, Françoise Fabian, Marcel Bozzuffi, Bud Spencer.
Film italien, france
Genre : Policier
Durée : 1h 45min.
Année de production : 1972
Titre français : La Vengeance du Sicilien
Musique : Nicola Di Bari

Sortie Cinéma France : 28/09/1972
Sortie DVD France : n.c.

Les notes

3.0



 Critique TORINO NERA (1972)
Avis rédigé par Manu   |  le .   |  Note : 3.0
Torino nera se situe dans la filmographie de Carlo Lizzani entre la chronique de mœurs Roma bene et le biopic criminel Crazy Joe, consacré au gangster Joey Gallo. Produit par Dino De Laurentiis, le film est écrit par le duo Nicola Badalucco - Luciano Vincenzoni, scénaristes déjà derrière le script de Roma bene et que l’on retrouvera à l’œuvre notamment sur le curieux drame criminel Gran bollito de Mauro Bolognini. Notons enfin qu’il s’agit de la troisième réunion à l’écran des époux à la ville Marcel Bozzuffi et Françoise Fabian.

Poliziottesco n’en ayant que l’apparence, Torino nera relève en réalité avant tout du drame urbain post-neo-réaliste jetant un regard des plus critiques sur un boom économique italien franchissant ici sa dernière ligne droite. Le film se situe à cet égard dans la droite ligne des travaux sociaux engagés constitutifs de l’œuvre lizzanienne depuis ses premiers pas dans la fiction. On retrouve d’ailleurs dans ce récit quelques similitudes avec l’intrigue d’Ai margini della metropoli, premier film de Lizzani et autre histoire d’ouvrier accusé à tort de meurtre.

C’est donc dire si l’on est en terrain familier pour qui connait bien ce cinéaste. Avec comme inévitable corollaire une légère impression de redite, accentuée par un développement de l’intrigue criminelle sans grande surprise, la seule trombine de Marcel Bozzuffi suffisant malheureusement presque à le désigner coupable.

Rien de foncièrement original dans le fond comme la forme, si ce n’est, au sein du cinéma italien, cette façon propre à Lizzani d’égayer son discours revendicatif de péripéties relevant davantage du pur cinéma d’exploitation européen mais un film toutefois bien mené, authentique dans son atmosphère à défaut de l’être totalement dans sa trame policière, émaillée de conventions et autres naïvetés.

Bref, un honnête Carlo Lizzani, si peut-être le moins intéressant des titres fictionnels de sa période seventies, relativement riche en franche réussites (Roma bene, Crazy Joe, San Babila ore 20: Un delitto inutile, pour ne pas les nommer).


Rechercher avec google



Recherche par nom

Titre :
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Artiste :
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Dernières critiques ciné





Dernières critiques livres





Derniers commentaires














Liens   |   Flux RSS   |   Page exécutée en 0.74109 secondes   |   contactez-nous   |   Nanar production © 2009