se connecter

SVEGLIATI E UCCIDI (1966)

(1) critique (0) commentaire
Manu le 04/09/2011 à 09:11
3
Réalisé par Carlo Lizzani
Avec Robert Hoffmann, Lisa Gastoni, Gian Maria Volonte, Claudio Camaso, Corrado Olmi.
Film italien, français
Genre : Policier, drame
Durée : 1h 42min.
Année de production : 1966
Titre français : Lutring ... réveille-toi et meurs
Musique : Ennio Morricone

Sortie Cinéma France : n.c.
Sortie DVD France : n.c.

Les notes

3.0



 Critique SVEGLIATI E UCCIDI (1966)
Avis rédigé par Manu   |  le .   |  Note : 3.0
Une fois de plus, le cinéma de Carlo Lizzani me donne l’impression de marquer les limites de la formule néo-réaliste italienne. Ici, le cinéaste applique celle-ci au genre policier, nous racontant sur un mode – pour l’époque – très réaliste, à la façon d’un reportage, la cavale d’un authentique petit délinquant devenu ennemie public n°1, Luciano Lutring, surnommé « Le Soliste à la mitraillette ».

Un sujet classique donc, trop classique même, que l’approche relativement novatrice de Lizzani ne sauve malheureusement pas de la banalité, d’autant qu’aujourd’hui l’ensemble parait bien timide dans ses quelques audaces formelles (séquences filmées à l’épaule, usage de décors et figuration « naturels » pour les séquences en extérieurs), voire sans doute déjà vieillotte en son temps dans certaines de ses techniques narratives (récit ponctué de coupures de presse relatant les « exploits » du personnage central). En d’autres termes, Lizzani démontre qu’on peut difficilement faire du neuf probant avec du vieux si l’on n’a pas l’étoffe d’un visionnaire et qu’en sus on s’appuie sur un matériel scénaristique de seconde main.

Ca, c’est pour les reproches. Reste maintenant que, comme souvent chez ce cinéaste, tout en demeurant un peu tiède dans son rendu final, l’ensemble ne démérite pas totalement. Déjà, trait commun à l’ensemble de l’œuvre lizzanienne, Svegliati e uccidi propose en toile de fond une intéressante vision de l’aliénation de l'individu en milieu urbain dans l’Italie des trente glorieuses. Lizzani est incontestablement le cinéaste des terrains vagues, des banlieues défavorisées et des barres d’immeubles en construction du cinéma italien des années 50 à 80, et celui-ci le prouve de fort belle manière une fois de plus ici.

Ensuite, bien que drastiquement dépourvue de surprise dans son développement, l’intrigue ne s'en laisse pas moins agréablement suivre. L’ensemble se montre même d’un dynamisme assez surprenant pour ce cinéaste, avec notamment quelques belles poursuites automobiles filmées « à l’italienne », c'est-à-dire un peu à la sauvette, avec prise de risque maximum pour les involontaires figurants passants et conducteurs qu’elles mettent en scène. Des séquences comme on en fait plus, quoi … Enfin, Segliati e uccidi bénéficie d’une rageuse partition musicale de l’incontournable Morricone, jouant grandement dans la tension que dégage plusieurs séquences.

En résumé, un Lizzani de bonne facture, pas très original dans le fond ni foncièrement marquant dans la forme, mais dégageant une incontestable authenticité, en plus de posséder un charme rétro des plus plaisants. A noter que 2 ans plus tard, Lizzani reviendra au genre policier avec le plus réputé Banditi a Milano, qui lancera la vague poliziesco.


Rechercher avec google



Recherche par nom

Titre :
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Artiste :
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Dernières critiques ciné





Dernières critiques livres





Derniers commentaires














Liens   |   Flux RSS   |   Page exécutée en 0.2282 secondes   |   contactez-nous   |   Nanar production © 2009