se connecter

STREETS OF BLOOD (2009)

(1) critique (0) commentaire
Manu le 17/01/2010 à 11:16
2
Réalisé par Charles Winkler
Avec Val Kilmer, Curtis "50 cent" Jackson, Sharon Stone, Michael Biehn, Barry Shabaka Henley.
Film américain.
Genre : Policier.
Durée : 1h 34min.
Année de production : 2008

Sortie Cinéma France : n.c.
Sortie DVD France : n.c.

Les notes

2.0



 Critique STREETS OF BLOOD (2009)
Avis rédigé par Manu   |  le .   |  Note : 2.0
Chez Millennium Pictures, ce ne sont pas les ambitions qui manquent … non, c’est plutôt le talent et les moyens. En fait, j’ai impression que les p’tits gars de chez MP pensent qu’il leur suffit d’embaucher des noms connus - souvent des stars sur la pente légèrement déclinante - et de copier un concept scénaristique censé être à la mode pour faire automatiquement un hit, voire pourquoi pas un bon film. Erreur fatale, qui causa déjà la perte de la Cannon deux décennies plus tôt...

Ici c’est parti pour un sous Miami Vice à la sauce Louisiana, avec l’ouragan Katrina et ses ravages en toile de fond. Val Kilmer et Curtis 50 cents Jackson, en passe de devenir des stars maison des productions Millennium, se font un look débraillé à la Colin Farrell - Jamie Foxx, Barry Shabaka Henley, un habitué des derniers Michael Mann, est recruté dans un rôle me semble-t-il identique à celui qu’il tenait dans le Miami Vice de 2006, et Charles Winkler filme tout ça en numérique... à la Michael Mann.

Sauf que bien évidemment ça ne fonctionne pas comme Miami Vice car sous cet habillage hype, Street of blood n’est rien d’autre qu’un petit polar de série C à l’intrigue sans envergure, courant après les poncifs (bonjour l’originalité du rebondissement concernant le personnage de Michael Biehn !), à l’interprétation donnant carte blanche à ses interprètes (ce qui n’est jamais une très bonne idée dans le cas de Val Kilmer) et à la réalisation sans style, sans idée, qui singe bêtement son modèle.

Charles Winkler a donc beau filmer tout ça presque exclusivement à l’épaule en bougeant un maximum sa caméra, on ne retrouve jamais l’audace, le sens du détail qui frappe ou encore le découpage d’une impressionnante efficacité des films de Mann dans ce DTV de luxe aux séquences d’action sans le moindre cachet.

Maintenant, le film n’est pas une catastrophe non plus, je lui concède volontiers une petite atmosphère et un certain rythme. Mais il est sûr que ce n’est pas avec ce type de projets qu’il vont assoir leur crédibilité, chez Millennium Picture.


Rechercher avec google



Recherche par nom

Titre :
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Artiste :
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Dernières critiques ciné





Dernières critiques livres





Derniers commentaires





Salut l'artiste !



Critique cinema
2024 ans
Tony Lo Bianco
(0000-2024)

2.9









Liens   |   Flux RSS   |   Page exécutée en 0.14217 secondes   |   contactez-nous   |   Nanar production © 2009