se connecter

GENTE DI RISPETTO (1975)

(1) critique (0) commentaire
Manu le 01/04/2013 à 10:47
3
Réalisé par Luigi Zampa
Avec Jennifer O'Neill, Franco Nero, James Mason, Orazio Orlando, Aldo Giuffrè.
Film italien
Genre : Policier, drame
Durée : 1h 53min.
Année de production : 1975
Titre français : Les Maîtres
Musique : Ennio Morricone

Sortie Cinéma France : n.c.
Sortie DVD France : n.c.

Les notes

3.0



 Critique GENTE DI RISPETTO (1975)
Avis rédigé par Manu   |  le .   |  Note : 3.0
Gente di rispetto est seulement le second film de Luigi Zampa que je découvre après Les Monstresses, décevante sexy-comédie à sketchs croisée il y a fort longtemps sur le câble. Il s’agit, me semble t’il, de l’une des rares incursions de ce cinéaste dans le domaine du drame criminel, 2 ans après Bisturi, la mafia bianca. Autour de la belle Jennifer O’Neill, apparaissant pour la première fois au générique d’un film italien, la distribution rassemble James Mason, dans un rôle moins figuratif que ceux que lui réservait alors le cinéma transalpin (voir ses prestations anecdotiques dans La Polizia interviene : ordine di uccidere ou Paura in città), le ténébreux Franco Nero ainsi que plusieurs solides seconds rôles de l’époque, comme Franco Fabrizi, Orazio Orlando et Aldo Giuffrè. Cette production Carlo Ponti est en outre l’adaptation du roman "Gente di rispetto" de Giuseppe Fava.

Le résultat tient dans l’ensemble de la jolie réussite. Les Maîtres (titre français) proposent déjà une solide intrigue, avec un suspense qui tient la route, un personnage central attachant et un contexte socio-politique soigneusement rendu, bien mis en avant au sein du récit mais n'allant pas non plus jusqu'à dénaturer l’ensemble. Gente di rispetto n’a en effet pas cet agaçant côté bis prétentieux qui ne s’assume pas, que l’on peut ressentir sur certains films de Damiano Damiani par exemple. Zampa joue au contraire pas mal sur l’ambiance, avec une atmosphère à la fois étouffante et morbide (les lugubres mises en scène de chaque assassinat, les cadavres exposés dans l’église ou ceux conservés par Mason dans le bombarbier) et quelques séquences qui se jouent volontairement du réalisme comme celle du meurtre du balayeur. Tout ça donne un vrai cachet au film, de même qu'une vraie couleur bis par instant. Concernant le suspense lui-même, on devine certes à l’avance sans difficulté certaines révélations, comme celle de l’identité du tueur / commanditaire des meurtres, mais les motivations de celui-ci demeurent relativement obscures jusqu’au bout. Une autre surprise vient du personnage interprété par Franco Nero, relativement passif, voire effacé au sein de l’intrigue, alors que Jennifer O’Neill est à l’inverse un personnage extrêmement fort et entreprenant, qui n’est d’ailleurs jamais vraiment présenté comme une victime. Intéressante inversion des rôles.

On pourra reprocher au film, qui dure près de 2 heures, de manquer un peu de tonus par moment, mais ça reste globalement un excellent suspense / drame sicilien mafieux.


Rechercher avec google



Recherche par nom

Titre :
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Artiste :
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Dernières critiques ciné





Dernières critiques livres





Derniers commentaires





Salut l'artiste !



Critique cinema
2021 ans
Christopher Plummer
(0000-2021)

3.17









Liens   |   Flux RSS   |   Page exécutée en 0.1742 secondes   |   contactez-nous   |   Nanar production © 2009