se connecter

CHANGE OF HABIT (1969)

(1) critique (0) commentaire
Manu le 26/12/2013 à 18:57
2.5
Réalisé par William A. Graham
Avec Elvis Presley, Mary Tyler Moore, Barbara McNair, Jane Elliott, Leora Dana.
Film américain
Genre : Musical, comédie dramatique
Durée : 1h 33min.
Année de production : 1969
Musique : Billy Goldenberg

Sortie Cinéma France : n.c.
Sortie DVD France : n.c.

Les notes

2.5



 Critique CHANGE OF HABIT (1969)
Avis rédigé par Manu   |  le .   |  Note : 2.5
Troisième réalisation pour le grand écran de William A. Graham, Change of habit marque par ailleurs la dernière apparition cinématographique fictionnelle d’Elvis Presley, qui retrouvera la scène au début des années 70 après s'être largement consacré au cinéma tout au long des sixties.

J'avoue franchement que ce petit Change of habit me faisait moyennement envie sur le papier. Pas trop motivé donc, mais à ma décharge, faut dire qu’un film de bonnes sœurs prêchant la bonne parole dans les quartiers chauds de … de je ne sais pas trop où d’ailleurs (pas grave, de toute façon quasiment tout semble avoir été filmé dans les studios de l’Universal), le tout entrecoupé chansons du King, ça ne m’avait pas l’air franchement incontournable.

Et effectivement ce n’est pas un chef d’œuvre. Bon, évidemment, faut le prendre pour ce que c’est, à savoir un film à la gloire de Presley, ici dans un rôle de docteur justice soignant l’autisme à grands coups de « I love you », et dans le genre – même si je n’en ai pas vu beaucoup d’autres – ça ne me semble pas être le pire. Mais bon l’ensemble est quand même un brin kitschounet, et j’imagine sans mal que déjà, à sa sortie fin 1969, il devait sembler assez anachronique, même si on tente bien ici de s’accrocher à l’actualité sociale d’alors, via le personnage de la sœur / « sister » noire au discours revendicatif, le « sitting » d’une des 3 protagonistes féminines dans un commerce pratiquant la discrimination raciale dans ses tarifs ou cette sous intrigue impliquant un jeune drogué. Notons ici que la plupart de ces questions sociales, et plus particulièrement celles de l’intégration des minorités ethniques, alimenteront, avec un peu plus de succès, une bonne partie de l’œuvre de William A. Graham dans les années 70.

Mais le film reste donc très sage, comme en témoigne cette séquence située en début de film, dans laquelle Doc Elvis, rencontrant dans son cabinet les 3 sœurs (en civil) pour la première fois et pensant aussitôt se trouver face à 3 jeunes filles souhaitant se faire avorter, commence à aborder le sujet sur un ton compatissant avant de – ouf, on a eu très peur – les prévenir de suite qu’il ne mange pas de ce pain là.

Côté numéros musicaux, le film s’avère plutôt chiche finalement. Trois seulement, qui paraissent d’ailleurs un peu plaqués artificiellement sur le reste de l’histoire et ont au bout du compte moins retenu mon attention que le joli underscore de Billy (crédité ici William) Goldenberg.

Bref, plutôt réservé aux fans du King (comme beaucoup de ses films, d'ailleurs).


Rechercher avec google



Recherche par nom

Titre :
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Artiste :
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Dernières critiques ciné





Dernières critiques livres





Derniers commentaires














Liens   |   Flux RSS   |   Page exécutée en 0.12469 secondes   |   contactez-nous   |   Nanar production © 2009