se connecter

UP FROM THE DEPTHS (1979)

(1) critique (0) commentaire
Manu le 02/03/2011 à 21:51
2.5
Réalisé par Charles B. Griffith
Avec Sam Bottoms, Susanne Reed, Virgil Frye, Kedric Wolfe, Charles Howerton.
Film philippin, américain
Genre : Horreur
Durée : 1h 25min.
Année de production : 1979
Musique : James Horner

Sortie Cinéma France : n.c.
Sortie DVD France : n.c.

Les notes

2.5



 Critique UP FROM THE DEPTHS (1979)
Avis rédigé par Manu   |  le .   |  Note : 2.5
A sa façon une petite perle (des mers du sud) que cette production New World (entendez par là chapotée par Roger Corman) œuvrant dans la sous-catégorie ersatz des Dents de la mer. Censée se dérouler à Hawaï mais intégralement filmée aux Philippines, celle-ci, sans doute consciente dès le départ de son incapacité à assurer un spectacle décent eu égard à la pauvreté de ses moyens comme de son sujet, opte en effet pour un traitement auto-destructif, de type 36eme degré, des plus réjouissants.

Le zoom arrière ouvrant le générique de début, qui part de l’embarcation sur laquelle se trouvait la première victime de notre poisson géant (barque que l’on croyait jusqu’alors en pleine mer) pour s’arrêter sur les popotins frétillants de pseudo-danseuses hawaïennes, annoncent ainsi on ne peut mieux la teneur hautement ironique des festivités cinématographiques à venir. Totalement inepte d’un bout à l’autre, l’intrigue brasse fièrement un océan de vide et nous régale d’attaques marines toute plus nanardesques les unes que les autres. Quant à l’incontournable séquence "panique à la plage", elle vire ici au slapstick total. Le dernier quart d'heure, au cours duquel tous les touristes du coin - dont un japonais enfilant aussi sec sa tenue de samourai (!) - se lancent à la chasse au poisson géant est également un grand moment de n'importe quoi.

Mais le must là dedans, ce sont sans doute les dialogues, que l’on imagine très bien semi-improvisés sur le tournage. Les répliques crétinissimes et échanges verbaux « autres » fusent au point de donner un côté presque surréaliste à certaines scènes. Je citerais, pour l’exemple, ce passage ou le toujours surexcité patron du complexe hôtelier près duquel sévit la bestiole aquatique croise l’une des animatrices des lieux, laquelle vient juste de voir son client avalé par notre poisson géant sur la plage. Découvrant sa mine déconfite (enfin … déconfite dans les intentions car l’actrice en question, particulièrement mauvaise, arrive tout juste à avoir l’air un chouia contrarié), le boss, comme pris de panique, lui demande illico si elle est enceinte (?!). Ce a quoi elle répond « Non c’est Monsieur intel … ». Le boss, cabotinant à mort dans le registre affolé, lui coupe la parole : « Ho, mon dieu ! Il vous a violé ? ». Elle : « Il .. il est mort, emporté par un poisson … ou un crocodile … ou quelque chose comme ça ». And so on … les acteurs semblent en tout cas avoir eu carte blanche pour sortir tout ce qui leur passer par la tête.

Enfin, l’interprétation peut clairement être scindée en deux, avec d’un côté ceux qui ne font rien et dont on n’ose croire que l’inexpressivité ait été perçue par Charles B. Griffith comme un atout (Sam Bottoms ou l’actrice pré-citée), et de l’autre ceux qui en font carrément des tonnes (l’acteur interprétant le directeur de l’hôtel, celui qui joue le capitaine du bateau toujours à moitié ivre). Au regard de leurs prestations, je soupçonne d’ailleurs les seconds de s’en être mis plein les narines pendant le tournage.

En résumé, une ânerie qui s’assume totalement, profondément régressive et dépourvue de sens, mais très amusante à regarder.


Rechercher avec google



Recherche par nom

Titre :
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Artiste :
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Dernières critiques ciné





Dernières critiques livres





Derniers commentaires














Liens   |   Flux RSS   |   Page exécutée en 0.09275 secondes   |   contactez-nous   |   Nanar production © 2009