se connecter

GLI ORRORI DEL CASTELLO DI NORIMBERGA (1972)

(1) critique (2) commentaires
Manu le 25/07/2012 à 23:40
2.7
Réalisé par Mario Bava
Avec Joseph Cotten, Elke Sommer, Massimo Girotti, Antonio Cantafora, Rada Rassimov.
Film allemand, italien
Genre : Epouvante
Durée : 1h 38min.
Année de production : 1972
Titre français : Le Baron vampire / Baron Vampire
Musique : Stelvio Cipriani

Sortie Cinéma France : n.c.
Sortie DVD France : n.c.

Les notes

2.7



 Critique GLI ORRORI DEL CASTELLO DI NORIMBERGA (1972)
Avis rédigé par Manu   |  le .   |  Note : 2.7
Coproduit par Samuel Z. Arkoff, qui remonta le film à sa convenance pour sa sortie US et remplaça le score de l’italien Stelvio Cipriani par une partition musicale signée Les Baxter, compositeur attitré de sa firme de production, l’American International Pictures, Gli orrori del castello di Norimberga est l’une des dernières réalisations de Mario Bava, situé dans sa carrière juste après La Baie sanglante, film considéré par beaucoup comme précurseur du genre slasher. Signalons ici que le rôle titre, tenu par Joseph Cotten - ce n’est guère déflorer le suspense que de le préciser – fut au départ proposé à Vincent Price puis Ray Milland.

Je dois bien avouer que cette revoyure fut pour moi une petite déception. J’avais effectivement gardé de ce Gli orrori del castello di Norimberga le souvenir d’une œuvre certes visuellement assez sage « pour du Bava » mais en contrepartie plutôt carrée au niveau de l’écriture. Et là, surprise, j’ai eu l’impression que le gros point faible du film se situait justement du côté du script, pas assez anecdotique pour faire pencher l’ensemble vers le pur exercice de style mais pas assez solide pour réellement impliquer le spectateur. Ainsi, passée une exposition plutôt prometteuse, Bava peine en effet à faire décoller son histoire, de même qu’à instaurer une véritable tension. Il faut dire aussi que le ridicule de certaines situations, que le cinéaste tente, et arrive parfois, à masquer sous une approche ludique à la naïveté assumée, n’aide pas beaucoup.

Reste néanmoins l’incomparable flair visuel du cinéaste. Et même si Gli orrori del castello di Norimberga n’atteint pas les sommets d’un I Tre volti della paura ou Diabolik à ce niveau, il y a là largement de quoi satisfaire l’amoureux de ciné-magie baroque, Bava tirant (évidemment) très bien parti de son décor principal : un très beau château autrichien restauré.

Bref, un petit Bava esthétiquement attractif mais plombé par un scénario peu inspiré (en dépit d’un pitch relativement séduisant).


Rechercher avec google



Recherche par nom

Titre :
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Artiste :
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Dernières critiques ciné





Dernières critiques livres





Derniers commentaires





Salut l'artiste !



Critique cinema
2019 ans
Robert Forster
(0000-2019)

2.73









Liens   |   Flux RSS   |   Page exécutée en 0.33952 secondes   |   contactez-nous   |   Nanar production © 2009