se connecter

ALLIGATOR (1980)

(1) critique (0) commentaire
Manu le 02/01/2012 à 19:18
3.6
Réalisé par Lewis Teague
Avec Robert Forster, Robin Riker, Michael V. Gazzo, Dean Jagger, Sydney Lassick.
Film italien, français
Genre : Epouvante
Durée : 1h 31min.
Année de production : 1980
Titre français : L'incroyable alligator
Musique : Craig Hundley

Sortie Cinéma France : 16/06/1982
Sortie DVD France : n.c.

Les notes

3.6



 Critique ALLIGATOR (1980)
Avis rédigé par Manu   |  le .   |  Note : 3.6
Alligator est le troisième long métrage de Lewis Teague, futur réalisateur de The Jewel of the Nile. Il s’inscrit dans la vague des films d’attaques animales inaugurée par Jaws en 1975. Après le requin, le Grizzly (Grizzly de William Girdler), le vers de terre (La Nuit des vers géants), l’araignée (Tarantulas : The deadly cargo de Stuart Hagmann), la baleine (Orca de Michael Anderson), j’en passe et des meilleures, l’alligator s’en va donc rejoindre le bestiaire des monstres à visage animal croqueurs d’homme.

Et, dans le genre B-movie, c’est une belle réussite qui n’a pas volé son excellente réputation. Certes, pour l’originalité, on repassera. Alligator fonctionne sur un canevas scénaristique des plus balisés. Et si l’on veut chercher la petite bête, il est clair que la réalisation de Teague n’a pas la personnalité de celle d’un Joe Dante, pour citer un auteur travaillant alors dans le même créneau sur des budgets similaires.

En revanche, côté script, c’est du tout bon. John Sayles - puisque c’est lui qui est à la plume ici - signe un nouveau petit modèle de scénario de film de genre, ultra dynamique, carburant discrètement au second degré tendance satire social, avec des personnages instantanément attachants et un arrière-fond dénonciateur toujours bien vu (ici à l’encontre de l'industrie pharmaceutique).

Que du bonheur également du côté de l’interprétation, avec un Robert Forster au top en flic « porte poisse » aux problèmes de calvitie précoce. C’est d’ailleurs marrant, mais en le voyant évoluer dans ce rôle, j’ai presque eu l’impression que Tarantino a conçu son personnage de Jacky Brown comme une sorte d’extension de celui-ci. Face à lui, Henry silva est pas mal du tout également dans une prestation assez délirante de « grand chasseur blanc » à côté de la plaque.

Ce petit classique du bis se dévorant d’un trait génèrera une suite, 10 ans tard, malheureusement nettement moins inspirée malgré une distribution tout aussi soignée.


Rechercher avec google



Recherche par nom

Titre :
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Artiste :
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Dernières critiques ciné





Dernières critiques livres





Derniers commentaires














Liens   |   Flux RSS   |   Page exécutée en 0.35826 secondes   |   contactez-nous   |   Nanar production © 2009