se connecter

THE MCKENZIE BREAK (1970)

(1) critique (0) commentaire
Manu le 01/01/2012 à 19:08
3.4
Réalisé par Lamont Johnson
Avec Brian Keith, Helmut Griem, Ian Hendry, Jack Watson, Horst Janson.
Film anglais, irlandais
Genre : Guerre
Durée : 1h 48min.
Année de production : 2007
Titre français : L'évasion du capitaine Schlütter
Musique : Riz Ortolani

Sortie Cinéma France : n.c.
Sortie DVD France : n.c.

Les notes

3.4



 Critique THE MCKENZIE BREAK (1970)
Avis rédigé par Manu   |  le .   |  Note : 3.4
Dans la trame c’est un peu La Grande Evasion à l’envers, avec une bande de prisonniers de guerre allemands qui tentent de s’évader d’un camp d’internement en Ecosse pour rejoindre la côte où les attends un sous-marin allemand. Dans l’esprit, en revanche, c’est autre chose. Le film date du début des années 70, une époque où l’héroïsme guerrier ne fait plus rêver, où la distinction entre les bons et les méchants se fait plus floue.

Aussi, sans toutefois pousser le bouchon jusqu'à la démystification joyeusement agressive façon M.A.S.H - filiation que tente semble-t-il d’opérer l’affiche ci-dessus - The Mckenzie Break préfère lever le pied sur les exploits militaires pour s’intéresser aux hommes et nous proposer d’intéressants portraits de militaire, avec d’un côté Schlüter, l'officier allemand prêt à tout pour s’évader, et de l’autre Connor, l’irlandais baraqué du genre tête brulée.

Le film nous offre son lot de séquences spectaculaires (émeutes, effondrement d’un baraquement et plus généralement tout ce qui concerne le final) mais joue donc tout autant la carte de l’étude de caractère, associée à une description se voulant sans folklore de la vie au quotidien dans un camp de prisonniers, avec ses problèmes de commandement chez les alliés, et ses tensions internes entre différents corps d’armée chez les allemands. L’évasion du capitaine Schluetter se distingue enfin par le ton désabusé de sa conclusion, là encore très ancrée dans son temps.

De solides performances de Brian Keith (la vedette d’une des séries préférées de mon adolescence, Le Juge et le pilote) en irlandais bourru / tête de pioche, et d’Helmut Griem en POW chez qui la fin semble définitivement justifier les moyens, une réalisation en retrait, fonctionnelle mais efficace de Lamont Johnson, ainsi qu’une belle photographie aérienne dans le dernier quart d’heure viennent garnir ce tableau guerrier de très bonne facture, tourné entre la Turquie et l'Irlande.


Rechercher avec google



Recherche par nom

Titre :
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Artiste :
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Dernières critiques ciné





Dernières critiques livres





Derniers commentaires














Liens   |   Flux RSS   |   Page exécutée en 0.26163 secondes   |   contactez-nous   |   Nanar production © 2009