se connecter

THE HURT LOCKER (2008)

(4) critiques (6) commentaires
Rémi le 28/04/2009 à 11:44
4.35
Réalisé par Kathryn Bigelow
Avec Jeremy Renner, Anthony Mackie, Guy Pearce, David Morse, Ralph Fiennes.
Christian Camargo
Film américain
Genre : Drame, Action
Durée : 2h 04min
Année de production : 2007
Titre original : Hurt Locker
Musique : Marco Beltrami

Sortie Cinéma France : n.c.
Sortie DVD France : n.c.

Les notes

4.0
4.0
4.7
4.7



 Critique THE HURT LOCKER (2008)
Avis rédigé par Rémi   |  le .   |  Note : 4.7
Je me frottais les mains d'impatience á l'idée de découvrir ce film. En effet, Kathryn Bigelow délivre toujours un cinéma intéressant même si ses films sont souvent sous estimés ou boudés par le public (K19: The Widowmaker, The Weight Of Water).

L'ex-madame James Cameron dépasse encore d'une tête les récents films sur, disons pour être large, les interventions américaines au Proche Orient. Nous suivons une petite équipe de 3 techniciens démineurs chargés des missions de prévention, de déminage, de collecte d'explosifs... dans l’Irak d’après les combats.

Formellement impeccable, avec juste ce qu'il faut de shaky cam, les scènes de guérillas et de déminages sont fluides et la réalisatrice trouve à chaque scène l'inventivité nécessaire pour ne pas rendre la répetition des situations ennuyeuse (à l'instar de Michael Mann pour les scènes de combat de boxe de Ali qu'il avait filmé a chaque fois différemment) ce qui permet de suivre ces 'men at work' au plus prés de leur mission. Et c'est bien ce qui intéresse Kathryn Bigelow qui annonce la couleur dés le générique et sa citation qui dit en substance 'war is a drug' et va démontrer tout au long du film l'addiction de son personnage central (Jeremy Renner) à l'adrénaline que lui procure les nombreuses sorties de son unité.

Ce constat n'est pas innocent et on ne peut s’empêcher de comparer l'état d'esprit, l'attitude et les motivations du personnage principal à ceux des États Unis en tant que nation, en guerre quasi-permanente depuis la deuxième guerre mondiale. Les personnages secondaires (Anthony Mackie et Brian Geraghty) sont autant de projection, pour l'un, d'une Amérique intelligente et posée en pleine remise en question et, pour l'autre, d'une Amérique désespérée, presque nihiliste et à la limite de la rupture.

La cinéaste parvient parfaitement à communiquer la tension dans laquelle vivent les 3 protagonistes dans cet Irak ou la paranoïa est de mise à chaque sortie de la base. Par trois fois et de façon très maline (je ne veux pas vous gâcher le plaisir...) elle nous fait clairement comprendre que tout peut arriver notamment lors d'une scène d'embuscade dans le désert au suspense soigné (ma préférée...). L'australien Guy Pearce, l'anglais Ralph Fiennes, David Morse et Evangeline Lilly (de Lost la série) sont aussi de la partie. A ne pas rater, vous l'aurez compris...

Note : je me suis un peu penché sur la signification de ce titre mystérieux (pour moi en tout cas) Daniel as-tu d'autres idées ? Voici une définition proposée par un site bien utile, UrbanDictionnary : Hurt Locker is a place where you're or you will be in pain or beaten.


Rechercher avec google



Recherche par nom

Titre :
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Artiste :
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Dernières critiques ciné





Dernières critiques livres





Derniers commentaires





Salut l'artiste !



Critique cinema
2024 ans
Tony Lo Bianco
(0000-2024)

2.9









Liens   |   Flux RSS   |   Page exécutée en 0.11425 secondes   |   contactez-nous   |   Nanar production © 2009