se connecter

SAVING PRIVATE RYAN (1998)

(1) critique (0) commentaire
Manu le 01/10/2017 à 06:45
4.3
Réalisé par Steven Spielberg
Avec Tom Hanks, Tom Sizemore, Edward Burns, Barry Pepper, Giovanni Ribisi.
Film américain
Genre : Guerre
Durée : 2h 49min.
Année de production : 1998
Titre français : Il faut sauver le soldat Ryan
Musique : John Williams (1)

Sortie Cinéma France : 30/09/1998
Sortie DVD France : n.c.

Les notes

4.3



 Critique SAVING PRIVATE RYAN (1998)
Avis rédigé par Manu   |  le .   |  Note : 4.3
Dix septième long métrage cinématographique de Steven Spielberg, Saving private Ryan se situe dans la filmographie du papa d’Indiana Jones entre le drame historique Amistad et le conte philosophico-science-fictionnel Artificial intelligence: AI. Ecrit par Robert Rodat, précédemment coscénariste du Fly away home de Carroll Ballard, le film marque la première des cinq collaborations (à ce jour) entre Spielberg réalisateur et Tom Hanks acteur.

Classique quasi instantané, Saving private Ryan compte indiscutablement parmi les incontournables de l’œuvre de Spielberg, qui transcende d’un bout à l’autre un sujet pourtant relativement convenu sur le papier, tirant ouvertement sur le mélodrame tire-larme. Mais tout l’art de Spielberg réside dans cette capacité, donnée aux meilleurs raconteurs d’histoire via l’image, à conférer du sens, du poids à chacun de ses cadres, mais aussi à oser, à innover, ici à travers un style visuel épousant les documentaire sur la guerre d’époque, de George Stevens et cie.

De l’audace, de l’inédit mêléeà un savoir-faire incomparable hérité du meilleur du Golden age d’Hollywood, qui débouche sur épopée naviguant avec la même force entre l’ultra spectaculaire (l’éprouvante, inoubliable séquence du débarquement) et l’intime, dans les portraits brossés de ces soldats loin de chez eux, confronté à l’horreur, à la bestialité et, finalement, à eux-mêmes.

Du très grand cinéma américain, donnant à voir un Spielberg au sommet de son art, porté par un sujet et des questionnements - la guerre et ses ravages sur l’individu - parcourant son œuvre d’un bout à l’autre (de Empire of the sun à Bridge of spies en passant par, Schindler’s list, War of the wolrds ou encore War horse).


Rechercher avec google



Recherche par nom

Titre :
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Artiste :
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Dernières critiques ciné





Dernières critiques livres





Derniers commentaires





Salut l'artiste !



Critique cinema
2018 ans
Arthur B. Rubinstein
(0000-2018)

3.63









Liens   |   Flux RSS   |   Page exécutée en 0.08045 secondes   |   contactez-nous   |   Nanar production © 2009