se connecter

PUFFBALL (2007)

(2) critiques (5) commentaires
Manu le 09/08/2009 à 07:17
2.5
Réalisé par Nicolas Roeg
Avec Kelly Reilly, Miranda Richardson, Rita Tushingham, Donald Sutherland.
Film britannique, irlandais, canadien
Genre : Drame, Thriller, Fantastique
Durée : 1h 54min.
Année de production : 2007
Musique : Chris Crilly

Sortie Cinéma France : n.c.
Sortie DVD France : n.c.

Les notes

2.5
2.5



 Critique PUFFBALL (2007)
Avis rédigé par Manu   |  le .   |  Note : 2.5
Encore un petit film tourné en Irlande (plus précisemment dans le county Monaghan) à mettre sur ta "must-see list", Rémi. Celui-ci marque le come-back de Nicolas Roeg, cinéaste culte des années 70, à la réalisation après plus de 10 ans de silence.

Et Nic Roeg, c'est vraiment une question de goût, parce que généralement ce n'est pas de la tarte (... aux pommes), ce qu'il nous donne à voir. Faut être préparé à son cinéma, savoir à peu près où on met les pieds. Et même lorsqu'on pense être assez receptif à son travail ça ne passe pas toujours. Et ce Puffball là (qui tire son nom d'un plat traditionnel irlandais, selon Miranda Richardson ... Rémi, toi qui est le cuisto de l'équipe, tu confirmera), j'avoue qu'il m'a laissé plus que dubitatif. Non pas cette fois que je trouve le film totalement hermétique dans son propos (comme c'était le cas sur certains de ses précédents films).

La trame proposée ici : une histoire à la Rosemary’s Baby / Main sur le berceau prénatal sur fond de sorcellerie et légendes celtes n’est pas compliquée à suivre et Roeg nous la narre de façon relativement classique, sans toutefois renier ce qui a fait par le passé une grande partie de sa réputation, à savoir un goût certain pour les ambiances tordues, une habileté dans l’art de charger ses récits d’une (souvent) sulfureuse tension sexuelle et un penchant prononcé pour les délires visuels bien psychédéliques. Le souci ici, c’est que bien qu’imprégner de la forte personnalité de Roeg, le film ne va nulle part, ne décolle jamais, se contentant de n’être qu’une bizarrerie flirtant souvent avec le grotesque. Et cela sans compter qu’esthétiquement, on est très loin de The Witches, Eureka et Bad Timing (et je ne parle même pas de Walkabout ou Don't look now).

Beaucoup trop weird pour fonctionner en tant que suspense horrifique ou pour être pris au sérieux comme psycho-drame, le film tenant un peu des 2 genres. Puffball est assurément une oeuvre inclassable qui risque de rebuter plus d’un spectateur (dans l’hypothèse où des spectateurs puissent avoir l’occasion et l’envie de le voir, parce qu’il y a tout de même de fortes chances pour qu’il finisse dans les mêmes oubliettes cinématographiques que Track 29, Castaway ou Cold Heaven). Indiscutablement atypique et pas inintéressant à voir en résumé, même si cela n’en fait pas un bon film et qu’il reste difficile d’encaisser toute sa symbolique lourdingue liée à la procréation et ses idées visuelles pas toujours du meilleur goût (tous les plans à l’intérieur du vagin de Kelly Reilly !) sans esquisser un petit sourire. 2,5/5


Rechercher avec google



Recherche par nom

Titre :
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Artiste :
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Dernières critiques ciné





Dernières critiques livres





Derniers commentaires





Salut l'artiste !



Critique cinema
2021 ans
Christopher Plummer
(0000-2021)

3.16









Liens   |   Flux RSS   |   Page exécutée en 0.128 secondes   |   contactez-nous   |   Nanar production © 2009