se connecter

AGENT CODY BANKS (2003)

(2) critiques (0) commentaire
Manu le 01/12/2012 à 21:47
2
Réalisé par Harald Zwart
Avec Frankie Muniz, Hilary Duff, Angie Harmon, Keith David, Arnold Vosloo.
Film américain, canadien
Genre : Comédie, espionnage
Durée : 1h 42min.
Année de production : 2003
Titre français : Cody Banks: Agent secret
Musique : John Powell

Sortie Cinéma France : 30/07/2003
Sortie DVD France : n.c.

Les notes

2.0
2.0



 Critique AGENT CODY BANKS (2003)
Avis rédigé par Manu   |  le .   |  Note : 2.0
Agent Cody Banks est le troisième long métrage signée pour le grand écran du néerlandais Harald Zwart après le thriller d’espionnage Hamilton et la comédie One night at McCool’s. Filmé en grande partie au Canada, le film a nécessité pour son écriture le recrutement de deux binômes de scénariste, d’un côté Ashley Miller et Zack Stentz, futurs auteurs des scripts de X Men : First class et Thor, et de l’autre le duo Scott Alexander / Larry Karaszewski, précédemment collaborateurs de Milos Forman sur The People vs Larry Flint et Man on the moon et Tim Burton sur son Ed Woods. Notons enfin que le film a connu une suite, l’année suivante, intitulée Agent Cody Banks 2 : Destination London.

Le but visé par cet Agent Banks n’est pas difficile à saisir : il s’agit de proposer une version pour jeunes ado des films d’espionnage façon 007, en l’agrémentant au passage de quelques touches parodiques bien placées, visant généralement à évacuer toute tension ou image à caractère violent du récit. Un concept comme un autre qui, bien pensé, aurait pu déboucher sur un aimable petit divertissement. Malheureusement, dans son rendu final, Agent Cody Banks ne dépasse guère le stade du produit de studio basique lorgnant plus du côté de la sitcom poussive que de la vraie comédie d’action retravaillant intelligemment les codes du film de super espion.

Trop gentillet dans l’humour et trop chiche en véritable enjeu scénaristiques, le résultat a donc peu de chance de soulever l’enthousiasme du spectateur ayant atteint ou dépassé les 15 printemps, mais séduira en revanche sans trop de difficulté son public cible, soit la tranche des 9-14 ans. Par ailleurs, pour apprécier un minimum le film, notons qu’il faut quand même pouvoir faire abstraction du jeu extrêmement cabotin de Frankie Muniz, en quelque sorte, sur la période, le pendant masculin de Dakota Fanning.

Que le préadolescent y trouve son compte en regardant Agent Cody Banks, cela me parait fort probable. Tout comme il me semble évident qu’il mérite un peu mieux que ce sous produit pantouflard ne flattant guère son intelligence et ses plus nobles instincts.


Rechercher avec google



Recherche par nom

Titre :
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Artiste :
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Dernières critiques ciné





Dernières critiques livres





Derniers commentaires





Salut l'artiste !



Lynn Shelton
2020 ans
Lynn Shelton
(0000-2020)

3.1









Liens   |   Flux RSS   |   Page exécutée en 0.2612 secondes   |   contactez-nous   |   Nanar production © 2009