se connecter

THE MASTER (2012)

(2) critiques (0) commentaire
Manu le 10/01/2013 à 10:28
3.75
Réalisé par Paul Thomas Anderson
Avec Joaquin Phoenix, Philip Seymour Hoffman, Amy Adams, Laura Dern, Ambyr Childers.
Film américain
Genre : Drame
Durée : 2h 17min.
Année de production : 2012
Musique : Jonny Greenwood

Sortie Cinéma France : 09/01/2013
Sortie DVD France : n.c.

Les notes

3.7
3.8



 Critique THE MASTER (2012)
Avis rédigé par Manu   |  le .   |  Note : 3.8
The Master est le sixième long métrage de Paul Thomas Anderson en 16 ans. Comme les cinq précédents, celui-ci est intégralement écrit par lui. Il s’agit par ailleurs de la cinquième collaboration du cinéaste avec l’acteur Philip Seymour Hoffman (qui n’apparaissait pas dans There will be blood) et première avec Joaquin Phoenix.

Sans doute le film le moins aisément accessible de son auteur à ce jour, en tout cas dans le « message » qu’il entend délivrer, The Master n’en demeure pas moins, et sans doute pour cette même raison, une œuvre des plus stimulante et fascinante. L’objectif initial de PT Anderson est cependant clair et connu, dans la mesure où, tout comme Boogie nights ou There will be blood, le film s’interroge sur les rapports étroits liant pouvoir, croyance et sexe.

Un ambitieux travail d’analyse des racines de la société américaine que le cinéaste mène avec une intelligence inouïe et, de façon plus inattendue, beaucoup d’humour (si un humour assez particulier, probablement même déroutant aux yeux de certain). Car, à travers sa description des laborieux débuts de la bien trop célèbre église de la scientologie, The Master va plus loin que la simple et facile dénonciation de l’endoctrinement sectaire. Il en démonte avec beaucoup d’ironie les mécanismes et limites par le biais du passionnant personnage Freddie Quell, brute sans cervelle aux pulsions primaires, presque arriéré, qui se révélera finalement plus fort mentalement que son « master », piochant dans son bloubi-boulga de théories fumeuses pour ne finalement en retirer que la substance l’aidant à aller de l’avant.

Le récit s’axe ainsi autour d’un ambigu et vertigineux jeu de pouvoir et domination entre les 3 personnages principaux, le candide (Joaquin Phoenix) l’illuminé (Philip Seymour Hoffman) et la pragmatique (Amy Adams), qui peut laisser le spectateur sur le carreau de temps en temps dans son refus de toute schématisation mais, comme tous les films ne dévoilant pas leur trésors au premier rendez-vous, donne méchamment envie d’y revenir.

Enfin, difficile de ne pas dire un mot de l’interprétation : si Phoenix est clairement celui qui impressionne le plus ici - on a vraiment l’impression de le redécouvrir physiquement – ses deux partenaires principaux livrent des prestations toutes aussi magistrales, Hoffman en gourou fort peu charismatique au final, Adams en tête froide et pensante manipulant le précédent dans l’ombre.


Rechercher avec google



Recherche par nom

Titre :
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Artiste :
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Dernières critiques ciné





Dernières critiques livres





Derniers commentaires














Liens   |   Flux RSS   |   Page exécutée en 0.24831 secondes   |   contactez-nous   |   Nanar production © 2009