se connecter

SCACCO ALLA REGINA (1969)

(1) critique (0) commentaire
Manu le 15/05/2011 à 19:32
3.6
Réalisé par Pasquale Festa-Campanile
Avec Rosanna Schiaffino, Haydée Politoff, Romolo Valli, Aldo Giuffre', Daniela Surina.
Film italien, allemand
Genre : Drame
Durée : 1h 35min.
Année de production : 1969
Musique : Piero Piccioni

Sortie Cinéma France : n.c.
Sortie DVD France : n.c.

Les notes

3.6



 Critique SCACCO ALLA REGINA (1969)
Avis rédigé par Manu   |  le .   |  Note : 3.6
Onzième film du scénariste-réalisateur Pasquale Festa-Campanile, Scacco alla regina est la libre adaptation du roman éponyme de Renato Ghiotto, traduit en français sous le titre L’Esclave (le titre original signifiant Echec à la reine), par Tulio Pinelli et Brunello Rondi, fréquent collaborateur du grand Fellini dans les années 60. Cette étude quasi psychanalytique des rapports esclave-maître entre une employée / dame de compagnie masochiste en quête de soumission et une employeuse / star tyrannique prompte à humilier tout ceux qui gravitent autour d’elle, est l’un de ces sujets casse-gueules, volontiers provocateurs auquel Festa-Campanile se sera frotter régulièrement tout au long de sa carrière de cinéaste.

Les auteurs entendent donc traiter leur sujet sous un angle psycho-analytique. Ils le font savoir dès le générique de début, qui déroule ses crédits sur fond de dessins aux couleurs psychédéliques évoquant le célèbre test de Rorschach (ces figures symétriques formant des papillons, censés révéler à l’analyste votre personnalité lorsqu’on vous demande de les interpréter). La suite ne vire toutefois pas au pensum intello, comme pouvaient le redouter ceux qui se sont déjà frotter aux réalisations ultérieures de Brunello Rondi.

Festa-Campanile signe à l’inverse une œuvre plutôt ludique, certes souvent trouble de par la singularité des situations qu’elle expose, mais aussi colorée, raffinée et sensuelle, finalement assez proche de La Matriarca dans son érotisme/esthétisme pop et ses digressions oniriques. Les récits des 2 films se trouvent d’ailleurs rythmés par les mêmes rêveries décadentes de leurs héroïnes respectives (Hayde Politoff ici, Catherine Spaak dans La Matriarca). Plus étonnant en revanche est le refus du cinéaste de jouer, ne serait-ce que partiellement, la carte de l’humour satirique, une approche habituellement privilégiée par son cinéma.

Titre tombé dans l’oubli, comme beaucoup de films de Festa-Campanile, Scacco alla regina reflète remarquablement la force et les contradictions de son cinéma. Sa fougue, ses audaces et le jusqu’au boutisme de la plupart de ses conclusions en font une œuvre à la fois pertinente et passionnante à égrener aujourd’hui, mais qui peut facilement déstabiliser le spectateur contemporain, ne serait-ce que dans la légèreté, voire l’inconséquence avec laquelle elle traite, comme ici, des sujets dérangeants et complexes.

Notons enfin que si Scacco alla regina n’a pas connu les honneurs d’une large diffusion en dehors de son pays d’origine, sa partition musicale est en revanche passée à la postérité chez les béophiles et amoureux d’easy-listening. A juste titre d’ailleurs, car Piero Piccioni signe là l’un des plus beaux scores lounge de sa brillante carrière.


Rechercher avec google



Recherche par nom

Titre :
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Artiste :
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Dernières critiques ciné





Dernières critiques livres





Derniers commentaires














Liens   |   Flux RSS   |   Page exécutée en 0.13407 secondes   |   contactez-nous   |   Nanar production © 2009