se connecter

OUR TIME (1974)

(1) critique (0) commentaire
Manu le 14/11/2018 à 18:17
3.1
Réalisé par Peter Hyams
Avec Pamela Sue Martin, Parker Stevenson, Betsy Slade, George O'Hanlon Jr., Nora Heflin.
Film américain
Genre : Drame
Durée : 1h 30min.
Année de production : 1974
Musique : Michel Legrand

Sortie Cinéma France : n.c.
Sortie DVD France : n.c.

Les notes

3.1



 Critique OUR TIME (1974)
Avis rédigé par Manu   |  le .   |  Note : 3.1
Our time est la seconde réalisation cinématographique de Peter Hyams, sortie quelques mois à peine après le galop d’essai du cinéaste : le buddy movie version seventies Busting. Le film est écrit par la scénariste, dramaturge et romancière Jane Stanton Hitchcock. Notons enfin que Hyams retrouvera 7 ans plus tard le producteur Richard A. Roth sur ce qui est peut-être son œuvre la plus connue à ce jour, le suspense science-fictionnel Outland avec Sean Connery.

Produit par le même homme (aigri peut-être de n’avoir participé à sa suite, Class of ’44) et mis en musique par le même compositeur, Our time tente à l’évidence de retrouver la formule gagnante de l’oscarisé Summer of ’42 (au jeu des similitudes, on retrouve également même le second rôle Lou Frizzell dans les 2 films). Mais autre réalisateur, autre méthode pour un autre résultat, et sans non plus démériter, reconnaissons tout de même que la réussite de cette copie se révèle nettement plus modeste.

Différence de rendu liée sans doute déjà à la personnalité des 2 réalisateurs. Avec d’un côté un Mulligan plus concentré sur ses personnages, sur le non-dit et l’atmosphère entourant son récit, et de l’autre un Peter Hyams davantage préoccupé par la forme, le style et l’efficacité narrative... au détriment probablement de la nuance.

En résulte un titre très agréable, à la plastique léchée des plus séduisantes, de même que totalement raccord avec les très guindées et puritaines années Eisenhower que le film entend décrit. Mais un film qui flirte également avec l’anecdotique tant son axe narratif - une classique histoire d’amitié et d’amour contrariée - ne représente finalement jamais l’enjeu majeur d’un récit se voulant avant tout la peinture nostalgique d’une époque révolue.

Un mélodrame adolescent pas essentiel donc, mais à découvrir tout de même dans l’œuvre de Hyams, car traversé de jolis moments de mise en scène, parfois purement stylistiques (l’ouverture dans la grande salle de l’école, filmée en un seul et virtuose plan), parfois davantage, comme dans ce très beau final empreint d’une douce mélancolie, sur un joli morceau musical de Michel Legrand.


Rechercher avec google



Recherche par nom

Titre :
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Artiste :
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Dernières critiques ciné





Dernières critiques livres





Derniers commentaires














Liens   |   Flux RSS   |   Page exécutée en 0.23875 secondes   |   contactez-nous   |   Nanar production © 2009