se connecter

L'ISTRUTTORIA E CHIUSA: DIMENTICHI (1971)

(1) critique (0) commentaire
Manu le 15/04/2019 à 08:18
3
Réalisé par Damiano Damiani
Avec Franco Nero, Riccardo Cucciolla, Georges Wilson, Antonio Casale, John Steiner.
Film italien, français
Genre : Drame
Durée : 1h 46min.
Année de production : 1971
Titre français : Nous sommes tous en liberté provisoire
Musique : Ennio Morricone

Sortie Cinéma France : 04/01/1973
Sortie DVD France : n.c.

Les notes

3.0



 Critique L'ISTRUTTORIA E CHIUSA: DIMENTICHI (1971)
Avis rédigé par Manu   |  le .   |  Note : 3.0
L’istruttoria è chiusa : dimentichi se situe dans la filmographie du scénariste et réalisateur Damiano Damiani entre le drame mafieux Confessione di un commissario di polizia al procuratore della repubblica et la chronique historico-criminelle Girolimoni, il mostro di Roma. Le film marque la troisième collaboration entre le cinéaste et l’acteur Franco Nero et première association avec le scénariste Massimo De Rita, que Diamiani retrouvera notamment sur la mini-série La Piovra.

La même année que Nanni Loy et son mémorable Detenuto in attesa di giudizio, Damiano Damiani y allait aussi de sa dénonciation du système carcéral italien. Même sujet, mais approche différente de celle son confrère, naviguant quant à elle dans les eaux de la comédie noire kafkaïenne. Point de tout ça donc, du côté de chez Damiani, qui opte pour un style finalement plus classique, convoquant comme chez Loy le cinéma néo-réaliste d’après-guerre dans sa forme simili documentaire, mais pour la mettre au service d’une écriture plus balisée.

Œuvre un peu lourde, un brin trop démonstrative comme souvent chez son auteur, L’istruttoria è chiusa : dimentichi s’avère néanmoins un efficace pamphlet cinématographique, indubitablement honnête, nous offrant tout de même une pertinente vision socio-politique de l’Italie du début des turbulentes années 70. Un film offrant au passage un grand rôle à Franco Nero, parfait en monsieur tout-le-monde découvrant l’horreur de l’univers pénitentiaire, marquant en outre quelques points bonus dans son utilisation intelligemment parcimonieuse de la musique atonale composée pour l’occasion par le maestro Morricone.

Du cinéma engagé qui compense son manque de finesse par sa sincérité et son authenticité. Soit un Damiano Damiani des plus correctes.


Rechercher avec google



Recherche par nom

Titre :
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Artiste :
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Dernières critiques livres





Derniers commentaires














Liens   |   Flux RSS   |   Page exécutée en 0.26134 secondes   |   contactez-nous   |   Nanar production © 2009