se connecter

IL SOLE ANCHE DI NOTTE (1990)

(1) critique (0) commentaire
Manu le 11/08/2020 à 21:19
3.2
Réalisé par Paolo Taviani, Vittorio Taviani
Avec Julian Sands, Patricia Millardet, Rüdiger Vogler, Charlotte Gainsbourg, Nastassja Kinski.
Film italien, français, allemand
Genre : Drame
Durée : 1h 53min.
Année de production : 1990
Titre français : Le Soleil même la nuit
Musique : Nicola Piovani

Sortie Cinéma France : 22/08/1990
Sortie DVD France : n.c.

Les notes

3.2



 Critique IL SOLE ANCHE DI NOTTE (1990)
Avis rédigé par Manu   |  le .   |  Note : 3.2
Il Sole anche di notte se situe dans la filmographie des cinéastes Paolo et Vittorio Taviani entre deux autres drames historiques, Good morning Babilonia et Fiorile. Inspiré d’un récit de Leon Tolstoy, le film marque la quatrième et dernière collaboration des 2 frères avec le scénariste Tonino Guerra. Il s’agit par ailleurs du premier film de Charlotte Gainsbourg tourné hors de l’hexagone, ainsi que de l’ultime apparition sur grand écran de l’actrice française expatriée en Italie, Patricia Millardet.

Sorti sans doute au plus fort de la renommée des frères Taviani, Il Sole anche di notte fut en son temps considéré comme une déception. Et il faut bien admettre les cinéastes ont su en d’autres occasions convaincre davantage que sur ce titre sur la quête spirituelle d’absolu, confondant épure et académismes pour ne susciter le plus souvent qu’un ennui un brin poli.

L’œuvre ne va parfois pas sans évoquer le supérieur Allonsanfàn, dans son cadre historique et la personnalité tourmentée de son personnage principal, mais sans le lyrisme fougueux de celui-ci, et sans Mastroianni malheureusement, le placide Julian Sands faisant passer nettement moins d’émotion à l’écran.

L’ensemble n’est toutefois pas totalement dépourvu d’attraits. Le talent des Taviani à régulièrement composer de véritables tableaux à l’intérieur du cadre, la très belle partition de Nicolas Piovani ou encore l’apparition fugace, en fin de film, de la troublante Charlotte Gainsbourg, font que l’on reste en effet vaguement intrigué jusqu’au bout par le parcours christique du taciturne Giuramondo. Mais soyons honnête, Il Sole anche di notte demeure un essai mineur, flirtant plus souvent avec le compassé que l’exigeante rigueur intellectuelle originellement voulue, me semble-t-il, par ses auteurs.


Rechercher avec google



Recherche par nom

Titre :
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Artiste :
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Dernières critiques ciné





Dernières critiques livres





Derniers commentaires














Liens   |   Flux RSS   |   Page exécutée en 0.22129 secondes   |   contactez-nous   |   Nanar production © 2009