se connecter

I DUE EVASI DI SING SING (1964)

(1) critique (0) commentaire
Manu le 05/01/2020 à 17:24
3.3
Réalisé par Lucio Fulci
Avec Franco Franchi, Ciccio Ingrassia, Arturo Dominici, Gloria Paul, Lino Banfi.
Film italien
Genre : Comédie
Durée : 1h 39min.
Année de production : 1964
Musique : Ennio Morricone

Sortie Cinéma France : n.c.
Sortie DVD France : n.c.

Les notes

3.3



 Critique I DUE EVASI DI SING SING (1964)
Avis rédigé par Manu   |  le .   |  Note : 3.3
Dixième réalisation de Lucio Fulci, I due evasi di Sing Sing marque la cinquième collaboration entre le réalisateur italien et le duo comique Franco Franchi & Ciccio Ingrassia. Il s’agit en outre de l’un des plus gros succès commerciaux de Fulci au box-office italien.

Le degré d’appréciation de cette petite parodie de film noir à l’américaine dépend évidemment fortement de la réceptivité de chacun à l’humour balourd et grimaçant de Franco et son comparse Ciccio. Question d’habitude peut-être, j’avoue pour ma part y être assez sensible. Cela ne va assurément pas chercher très loin dans le comique, souvent cartoonesque, toujours inoffensif, mais les deux bougres ne ménagent une fois encore pas leur peine pour nous faire (sou)rire, et cette vitalité, cette bonne humeur qui se dégage de leurs prestations vous oblige la plupart du temps à fermer les yeux sur les gags les moins glorieux de cette modeste bande.

Maintenant, bien qu’entièrement construite autour des pitreries de ses deux interprètes principaux, I due evasi di Sing Sing n’en oublie pas pour autant de soigner son ambiance noirish. Notre binôme évolue constamment dans de chouettes décors de studio résumant astucieusement une bonne partie de l’Histoire du film noir américain des années 50. On passe ainsi du couloir de la mort de Sing Sing à la traditionnelle salle de boxe en faisant un petit crochet par l’appartement high-tech du caïd de la pègre locale, le cabaret mal famé du coin et l’incontournable hangar lugubre servant de lieu de règlements de compte entre bandes rivales, le tout dans un noir et blanc du meilleur effet.

Et si personnalité de son auteur il y a dans ce due evasi di Sing Sing, elle me semble justement se trouver dans l’adroite mise en valeur de ces décors. Le film y gagne une authentique atmosphère, certes très différente de celle d’un Frayeurs mais tout aussi travaillée, et Fulci réussit sur un mode parodique mais respectueux de ses modèles quelque petit morceaux de bravoure – à l’échelle du film bien sûr – comme la scène du combat de boxe truqué, réminiscence de celui de Nous avons gagné ce soir de Wise, ou l’amusante séquence de la fusillade entre Attanasia et Tristan dans un studio de cinéma.

Emballé avec soin et une indéniable efficacité – on ne voit pas filer les 90 minutes – I due evasi di Sing Sing est une nouvelle œuvre de jeunesse fulcienne très fréquentable … à condition de ne pas être allergique à son duo vedette.

Petites notes de fin : Lino Banfi apparaît une poignée de minutes à l’écran, en soigneur dans le passage ou Franco se voit catapulté champion de boxe, et Ennio Morricone (crédité Moriconi) assure l’enrobage musicale du film. Une partition de modeste envergure, à dominante jazzy tirant vers la pop sixties.


Rechercher avec google



Recherche par nom

Titre :
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Artiste :
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Dernières critiques ciné





Dernières critiques livres





Derniers commentaires














Liens   |   Flux RSS   |   Page exécutée en 0.9221 secondes   |   contactez-nous   |   Nanar production © 2009